QUI SOMMES NOUS ?

1

L’AGMOMP est une association loi 1901 de greffés et de familles de greffés qui a vu le jour en 2002 grâce à Bernard PEPIN, ancien patient. Avec l’accord des médecins, il souhaitait apporter davantage de confort et de bien-être aux malades des services Jolly-Ehrlich et Hayem de l’Hôpital Purpan à Toulouse.

Actuellement l’AGMOMP intervient à l’IUCT-Oncopole dans les services protégés Hémato 2-3A, dans le service des greffes Hémato 1-3A, ainsi que dans le service d’hospitalisation de jour

Association indépendante mais impliquée aux côtés des médecins, des cadres de santé et de tous les personnels soignants, elle aide les malades à traverser les moments difficiles, à combattre plus efficacement la maladie et à transmettre l’espoir.

L’AGMOMP informe et permet de mieux comprendre la maladie ainsi que les enjeux du don de moelle osseuse. Elle aide à financer des projets de recherche dans le domaine des hémopathies et de la greffe.

Visites par anciens patients : tel : 06 20 79 12 87 (du Lundi au Vendredi)

Socio esthétique : s’inscrire auprès du personnel (Mardi-mercredi après-midi)

Musicothérapie :

Maxime est musicien depuis l’âge de 6 ans et infirmier en Hématologie protégée depuis 2017. D’abord pianiste classique (Conservatoire de Pamiers, 09) puis à l’école de jazz, il choisit de diversifier son champ de compétence en s’initiant à la basse, au mixage et à la composition à partir de 2011.

Il commence à s’intéresser aux vertus thérapeutiques de la musique alors qu’il prépare le Diplôme d’Etat d’Infirmier et son travail de fin d’études.

En 2016, il s’est formé à la réalisation d’ateliers musicaux en EHPAD et au montage de relaxation psychomusicale par Pascal Viossat, musicothérapeute.

L’activité de relaxation à induction musicale est réalisée à l’aide de l’outil de médiation qu’est la musique. Il s’agit d’une technique empruntée à la musicothérapie française, s’inspirant de deux outils principaux ; à savoir la relaxation progressive de Jacobson et le montage musical “dit en U” de Jacques Jost. Néanmoins, cette activité ne peut être apparentée à de la musicothérapie dans la mesure où l’approche psychanalytique (très présente dans l’enseignement de la musicothérapie en France) n’est pas usitée ici. L’objectif étant, simplement, de favoriser l’installation d’un état de bien être chez le patient et non pas d’esquisser un travail psychothérapeutique quelconque. Ainsi, il s’agit d’une activité de médiation musicale développée grâce à un lien que l’on pourrait nommer : lien musico-soignant. De ce fait, le soignant ne se substitue pas au thérapeute (psychologue, etc.) mais travaille de concours avec ce dernier.

L’objectif premier est donc d’améliorer la qualité de vie globale du patient hospitalisé en service de greffe. Cette activité s’adresse donc à tous les patients sans critères d’exclusion majeurs. Toutefois, ce temps de relaxation est proposé prioritairement à certains patients, selon des indications précises et l’avis de l’équipe soignante. Sont notamment prioritaires : les personnes anxieuses, possédant des troubles du sommeil, des troubles du comportement ou un problème de gestion de la douleur. La relaxation musicale est  également un recours intéressant pour prévenir la douleur induite par les soins (myélogramme, ponction lombaire, etc.).

Pour des raisons pratiques et de sécurité, l’activité se déroule dans la chambre du patient en présence ou non d’un visiteur qui bénéficiera également de ce temps de relaxation.

La séance se déroule dans un cadre simple où patient et soignant se retrouvent dans une atmosphère calme. Le soignant intervenant installe le patient dans le but de garantir son confort et un état d’apaisement propice à la relaxation. Il précise ensuite les objectifs et le déroulement de la séance.

L’écoute du montage de relaxation débute alors. L’intervenant invite à la détente par un travail sur la respiration. Il sera ensuite proposé au patient, s’il le peut et le souhaite, d’effectuer les mouvements au cours de la séance (technique Jacobson). Ce travail permet une prise de conscience du corps et l’identification des tensions musculaires. Enfin, d’une voix calme et apaisante, le soignant suggère au patient un état de pesanteur et de chaleur (technique Schultz). Le patient est ainsi accompagné dans un état de conscience particulier, à cheval entre éveil et somnolence. Il est important de préciser que cet état est subjectif et varie en intensité selon les patients.

A la fin de l’écoute, l’intervenant proposera enfin d’exprimer son ressenti, de « critiquer » les œuvres écoutées, la qualité de sa détente. Lors de ce temps en fin de séance, le rôle de l’intervenant est d’écouter, de favoriser la verbalisation. Il s’agit également pour le soignant, d’évaluer son travail préparatoire et de le réajuster si besoin pour les séances prochaines.

Dans le cas où le dialogue est impossible, l’intervenant se basera sur une évaluation comportementale (non-verbale) et se fera aider des soignants responsables a posteriori.

Pour l’heure, compte tenu de la fréquence (2 activités par mois), nous privilégions les patients allogreffés car ils nécessitent une hospitalisation plus longue. Cela facilite également le suivi et permet au patient de réinvestir ainsi le bénéfice des séances précédentes.

NOS PROCHAINS EVENEMENTS

TEMOIGNAGES

Jean dupont
Partenaire
Nous avons choisi de soutenir l’association AGMOMP. Parmi nos nombreux partenariats, l'AGMOMP a un statut particulier. Ce qui m'a marqué c'est le lien très fort qui s'est créé entre nous. S’adapter aux différentes situations était un vrai challenge pour moi et j’avais envie de m’impliquer dans ce projet, qui aide sur le long terme ces malades.
David Caplin
Partenaire
"L'AGMOMP a été pour moi la découverte d’une œuvre passionnante. Je n’avais jamais donné de soutien auparavant. Or, je me suis rendu compte qu’il n’y avait guère besoin de grand-chose : il suffit d’être à l’écoute. Cette écoute est essentielle, elle permet de savoir ce dont a besoin notre partenaire pour se développer. Mais c’est surtout ce qui permet de construire une relation. Pour moi, c’est ce qui fait que cette association n’est pas uniquement une action éducative, mais bel et bien une aventure humaine.
Martin Dupuy
Bénévole
Je suis bénévole depuis quelques années, engagement que j’ai pris au moment de la maladie : je me suis dit alors qu’il fallait que je me rende un peu utile. Le peu de temps que je donne est largement compensé par ce que je reçois : la gentillesse, les sourires, l’amitié de tous… Bref ! Je continue…
Amandine
Donateur
"J'apprécie énormément l'AGMOMP pour tout : la gestion de ses comptes, son action, sa transparence, sa déontologie exemplaire et ses qualités relationnelles, notamment avec ses donateurs, chose essentielle à mes yeux. Ses résultats sont à la hauteur de l'investissement de tous ses membres actifs. C'est ce que je cherchais. Je suis fier de cette heureuse rencontre et souhaite qu'elle perdure sans heurt et dans la bonne humeur... Bon vent. Et solidairement vôtre. ."

NOS BÉNÉVOLES

NOS PARTENAIRES